Tag #2 : The power of make-up

the-power-of-make-up

Comme tout le monde, c’est avec la gorge serrée que j’écris cet article. Nous venons de vivre quelque chose de terriblement atroce. En plus de ça, nous avons tous notre lot de mauvaises surprises ou autre… J’ai alors décidé de reprendre comme je pouvais le cours de la vie, car il faut bien continuer de vivre, et encore plus à la mémoire de tous ceux à qui on a ôté celle-ci. J’ai donc choisi de vous présenter ce TAG « the power of make-up » ou « le pouvoir du maquillage », que vous avez déjà sans doute déjà vu sur pas mal de blog ou chaîne YouTube. J’arrive un peu en retard mais j’avais envie de partager avec vous mon avis là-dessus, surtout après avoir lu l’article de Chloé aka « La penderie de Chloé » sur ses 18 mois sans makeup.

the-poet-of-make-up

Comme vous pouvez le voir, pour moi me maquiller n’est pas synonyme de transformation. Il y a très peu de différences entre la partie avec et l’autre sans make-up, si ce n’est au niveau des lèvres.

J’ai commencé à me maquiller à la fin du lycée en mettant du mascara et un peu de fard à paupières parce que je trouvais ça joli. Le fond de teint me faisait peur à cette époque. C’est seulement un peu plus tard que j’ai commencé à en mettre de temps en temps pour me donner meilleure mine.
Il y a encore peu, je me maquillais pour masquer l’acné qui avait gagné mon visage (voir ici). Aujourd’hui, j’accepte tout autant sortir sans make-up qu’avec. Je ne cherche plus à me « cacher » mais juste à sublimer mon visage.

the-power-of-make-up

Aussi, j’aime me maquiller car ça me détend. Cela peut paraître futile pour certains mais c’est ce que je ressens et j’aime avoir ce sentiment de satisfaction quand je me regarde dans le miroir une fois le make-up terminé.
Je mets du fond de teint minéral pour unifier mon teint et masquer les quelques cicatrices d’acné qu’il me reste. Je mets un peu de poudre dans mes sourcils pour les fournir un peu plus, je mets un peu de blush et de bronzer pour réchauffer mon teint et aussi le rendre un peu plus « vivant ». Ensuite, suivant mon envie, je maquille mes yeux de fards à paupières et je mets du mascara pour donner plus de volume à mes cils. Enfin, j’aime bien colorer mes lèvres mais encore une fois, tout dépend de mon envie.

the-power-of-make-up

En revanche, comme je l’ai dit un peu plus haut, ce n’est pas pour autant que je n’aime pas ce côté là de mon visage. Au contraire, après avoir eu beaucoup de mal à l’accepter au naturel, je ne peux que l’apprécier maintenant et ce, malgré les traces de cicatrices toujours présentes. Je me rends compte aussi avec le recule, que les gens ne jugent pas forcément nos imperfections et quand bien même, cela ne change rien au fait que nous sommes ce que nous sommes. Alors acceptons nous tel que l’on est. On ne nous aime pas parce que l’on se maquille ou pas mais bien pour ce que l’on est tout simplement.


Et vous, pourquoi vous maquillez vous ?

Rejoignez-moi :)
RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
PINTEREST
PINTEREST
Instagram

6 réflexions sur “Tag #2 : The power of make-up

  1. bordelaise-by-mimi.com dit :

    Moi aussi j’ai commencé à me maquiller au lycée. Comme toi j’avais un peu peur du fond de teint puis j’en ai usé et abusé à Paris (je m trouvé trop palotte et avec la pollution, bonjour les boutons…). Mais rien ne vaut un maquillage naturel. D’ailleurs le tiens est très réussit ! On voit presque pas la différence mais on sent un petit quelque chose en plus ; )

    • Marion dit :

      Je te remercie 🙂 C’est vrai que comme toi je préfère un maquillage naturel (même si ce terme est un peu contradictoire en soi ^^), je n’aurai pas aimé que mon mari s’enfui en me voyant au réveil haha.

N'hésitez pas à me laisser un petit mot :)